Wadé

Wadé, un super-héros ? Wadé n’est pas un super-héros comme les autres. C’est un personnage moins manichéen que les héros traditionnels. Il est à la fois victime et coupable. Il est victime de quelque chose qui lui a volé sa vie. Mais en s’enfuyant, il est coupable d’avoir libéré un terrible danger. Sa malheureuse expérience en fait le seul à pouvoir sauver l’humanité.

Lire la suite

L’histoire

1907, Cameroun, en pleine nuit, un enfant découvre sa mère pratiquant un rite vaudou. Effrayé, il s’enfuit. On le retrouve à Dakar six ans plus tard où, devenu jeune adulte, il s’engage comme tirailleur. Il rejoindra la métropole pour combattre les Allemands.1917, dans la vallée de la Marne, il pense vivre ses derniers instants, mais ce sont des forces mystérieuses qui le font disparaître.

Lire la suite

Amis ou ennemis



Capitaine Talibart : 43 ans. Célibataire. Il est capitaine dans la police criminelle. Né de père breton et de mère algérienne, il se prénomme Ali. Mais pour lui son prénom c’est  Al ou capitaine. Il est fan de l’Amérique des années 70 restituée par les films policiers qui ont bercé son enfance : Scarface, Serpico, French Connexion, Bullit… Talibart est connu autant pour son mauvais caractère, son efficacité redoutable que pour son allure caricaturale. Il arbore une moustache-collier, un Stetson flagship et une gabardine à la « Colombo ». Il ne se sépare jamais de ses Ray-Ban modèle « Aviator ». C’est le fils caché de Rachid Taha et de Lino Ventura qui rêve de vivre dans le Bronx des années 70. Son plat favori : le couscous Chili. Une invention de sa mère pour lui faire plaisir.

Lire la suite

La famille Kieper

Éric Kieper est âgé de 38 ans. Il est divorcé de Defné Uberti Kieper, avec laquelle il a eu une fille : Victoria. Il est depuis quelques années responsable de la sécurité du centre commercial Quais d’Ivry, aux portes sud de Paris. Mais il a eu, avant cette situation, une autre vie à laquelle il fait peu référence. En tant qu’ancien membre des forces spéciales de la Police, le GIPN, il est soumis au secret professionnel pour raison de sécurité nationale. Il était en charge de la protection rapprochée des personnalités et de la formation aux techniques de combats. À 36 ans, Éric fut mis à pied et finit par quitter son unité pour refaire sa vie. Il garde le silence sur les raisons de cette décision.

Lire la suite